LA MÉNAGERIE

de l'Institut des Arts du Masque

LA-Menagerie-IAM-Institut-des-arts-du-masque-limoux

L’Arche de Noé est le premier navire écologique inventé par l’imaginaire humain. A son bord, tous les animaux de la création ont trouvé refuge et asile. Ils y sont à l’abri des périls. Ils cohabitent en harmonie. Proies et prédateurs pactisent le temps d’une traversée.

Bien sûr, il s’agit d’un conte fabuleux. Mais l’utopie ouvre la porte des possibles. Et si l’Arche était une image de la Terre ? Et si cette légende nous apprenait que l’Homme, animal parmi les animaux, doit vivre à bord de sa planète en fraternité avec ses semblables à plumes, à poils ou à écailles ? Et si la sympathie à l’égard du vivant tout entier était la seule façon d’échapper au naufrage ?

Cartes-postales-menagerie-tigre-IAM-Institut-des-arts-du-Masque-Limoux

A l’Institut des Arts du Masque, les animaux de l’Arche de Noé nous convient au grand théâtre fraternel de la nature. Ces animaux sont aussi des acteurs et des voyageurs. Voilà plus d’un demi-siècle qu’ils jouent à travers les rues et les places des villes d’Europe et d’ailleurs. Aujourd’hui, les voici rassemblés à Limoux dans une ménagerie sans barreaux. Libres comme la vie.

Aquatiques, aériens ou terrestres, ils portent nos rêves d’azur, de profondeurs ou d’horizons lointains.

Cartes-postales-menagerie-perroquet-IAM-Institut-des-arts-du-Masque-Limoux

Le Perroquet vous parlera des forêts tropicales… Pour qui sait les entendre, le Lapin connaît tous les secrets de la garenne… La sage Chouette apprivoise la nuit et perce les mystères de l’ombre… Le Chameau, lui, a des mirages plein les yeux… 

Chacun d’eux vous invite à rêver mille histoires. A eux tous, ils incarnent la vivante beauté du monde.

Ils sont nés des mains habiles du plasticien Christian Chabert « Chab » et des artistes de la Cie Arche de Noé – Guillaume Lagnel. A présent, il vous appartient d’aller à leur rencontre et de leur donner vie par l’amitié poétique d’un regard.

Un conseil : nos animaux se nourrissent de rêves, n’hésitez pas à leur confier les vôtres.

François-Henri SOULIÉ